Aides à l'installation : pour une cohérence nationale !

Le 1er octobre, lors du congrès des Régions de France, le premier ministre Edouard Philippe a annoncé que l'Etat gèrerait l'ensemble des aides surfaciques du second pilier de la PAC et que les Régions auraient la responsabilité des aides non surfaciques, ce qui inclut les aides à l'installation.

Si nous partageons la volonté de simplifier, de réduire les délais de paiement, nous sommes inquiets des déséquilibres entre régions et des distorsions entre agriculteurs que cette nouvelle répartition pourrait engendrer quant à l'accompagnement des projets d'installation.

Sans vouloir nous poser en arbitre entre Etat et Régions, nous demandons un cadre national fort pour assurer une cohérence des aides de manière équitable, permettant un accompagnement personnalisé à chaque porteur de projet.

Ce sont des exploitations viables, vivables et transmissibles, présentes sur tout le territoire, qui contribueront au dynamisme de la ruralité dans son ensemble et à un maintien de la diversité des productions qui font l'excellence alimentaire française.

« Le Premier ministre vient d'annoncer 173 mesures en faveur de la ruralité. Mais avec cette proposition, il risque de mettre en difficulté le renouvellement des générations sur les territoires, pourtant indispensable à leur dynamisme. » selon Loïc Quellec, vice-président de Jeunes Agriculteurs.

Retour

Ajouter un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter des commentaires.

Seuls les adhérents des Jeunes Agriculteurs peuvent commenter l'actualité du site