Actualités des Jeunes Agriculteurs

Rapport de Serge Papin sur la loi EGAlim

Le rapport de Serge Papin a été remis aux ministres Julien Denormandie et Agnès Pannier-Runacher et vient conclure plusieurs mois de travail menés par l’ancien PDG de Système U. Il a, à cette occasion, rencontré l’ensemble des acteurs des filières agro-alimentaires. JA et FNSEA saluent ce rapport, qui a su mettre en lumière les limites que nous pointons depuis toujours dans le dispositif initial et qui propose des solutions pour assurer une rémunération plus juste de la profession. Il y a maintenant urgence à concrétiser ce renforcement de la loi EGAlim tant attendu par les producteurs !

En savoir plus...

LES PROJETS D’INVESTISSEMENT DE NOS ENTREPRISES VITIVINICOLES DOIVENT ETRE SOUTENUS :

La filière vitivinicole est soumise depuis fin 2019 à une succession de difficultés qui ne lui sont pas imputables : taxes américaines à l’export, crise sanitaire et fermeture de la restauration, brexit…

 

Dans ce contexte, les entreprises de la filière vitivinicole se projettent dans l’après-crise et continuent d’investir. La preuve en est le nombre et le montant des dossiers déposés dans le dernier appel à projet de FranceAgriMer pour les aides aux investissements vitivinicoles ou encore de la cadre du programme d’aide à la promotion sur les pays tiers.

 

En savoir plus...

Projet de loi Climat et Résilience

Les débats parlementaires concernant le projet de « loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement
de la résilience face à ses effets » ont débuté par l’examen en Commission Spéciale de l’Assemblée nationale, finalisé
le jeudi 18 mars. L’une des mesures phares du projet de loi ?... La création d’une redevance française sur les engrais
azotés.

 

En savoir plus...

A un mois de la fin des négociations commerciales, des demandes de baisses de tarifs inacceptables !

Une nouvelle réunion du Comité de suivi des relations commerciales organisée par Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée à l'Industrie s'est tenue aujourd'hui. Une semaine après la mobilisation syndicale du réseau FNSEA et JA sur le thème de la rémunération des producteurs, nous déplorons à nouveau l'attitude irresponsable de la grande distribution.

En raison de la fermeture de la restauration hors domicile et du report d'achat, les panelistes (Iri, Nielsen) publient des hausses très importantes de chiffre d'affaires de la grande distribution (+ 6,3 %) pour l'année 2020, qui ont nécessairement engendré une évolution positive des masses de marges, d'autant que l'Insee, pour sa part, chiffre la hausse des prix alimentaires à + 2%. Au global ce sont des sommes considérables captées par les enseignes depuis 2019.

En savoir plus...

Fausse viande et fin de l’élevage : les masques tombent !

Hier "Les Nouveaux Fermiers" ont annoncé l'ouverture d'une ligne de production dédiée à la fabrication de ses produits promettant de « réinventer la viande ».

Au-delà du marketing commercial qui veut faire passer des usines pour des fermes en utilisant à tout va le terme fermier, ce qui démontre bien la méconnaissance de ces industriels de la réalité des agriculteurs qui travaillent, eux, avec le vivant, il est intéressant de s’arrêter sur les investisseurs qui viennent d’inaugurer cette usine de substituts de viande. Comme de nombreux Français, la présence dans ce projet du fonds d'investissement de Mr Xavier Niel nous interpelle.


Xavier Niel, l’un des initiateurs du référendum pour les animaux. D’un côté, il prône l’arrêt de l’élevage. De l’autre, il se positionne sur un marché nouveau qui serait bien aidé par la fin de l’élevage. Ce mélange des genres est terriblement gênant pour notre démocratie. Cela d’autant plus, que Mr Niel étend son emprise sur les médias en acquérant différents groupes de presse pour soutenir ses intérêts financiers.


Comment peut-on cautionner le dévoiement de nos outils démocratiques par certains groupes d’intérêts, qui au bénéfice de capacités d’investissement incommensurables détournent, à grand renfort de campagnes d’influence, le nouvel outil de démocratique qu’est le RIP ? Une démarche pourtant censée émaner du peuple, pour le peuple.


Comment peut-on croire à l’honnêteté de certains « milliardaires du numérique », initiateurs du référendum d’initiative populaire (RIP) pour les animaux qui, se drapant publiquement de vertu pour la cause animale, cherchent en réalité à réaliser une OPA sur la viande ? Rappelons que les plus grands promoteurs de la fin de l’élevage sont les premiers promoteurs de la fausse viande, ultra-transformée, et dont le taux de profit n’a pas d’équivalent à ce jour.


Si les éleveurs n’ont jamais été dupes de cette stratégie déjà éprouvée par les « gourous de la tech » de l’autre côté de l’Atlantique, c’est maintenant aux consommateurs d’apprécier cette réalité.


Ce projet de « Nouveaux Fermiers », qui inscrit en son nom toute la démagogie de la démarche, fait enfin tomber les masques.

En savoir plus...